// Vous lisez...

Libres expressions

Anonymat des signatures pour la présidentielle

La question de la participation du candidat du Front National au premier tour de l’élection présidentielle se pose aujourd’hui, Marine Le Pen ayant du mal a réunir 500 signatures.

La loi instaurant un caractère public aux parrainages accordés aux candidats à la présidentielle va être examinée par le Conseil Constitutionnel dans le cadre d’une QPF, mais d’ors et déjà, le Président de la République comme son Premier Ministre ont pris une position très clairement politique.

A la question qui lui a été posé dimanche dernier, Nicolas Sarkozy a répondu Vous ne voulez tout de même pas que je l’aide ! Est-ce la réponse d’un Président de la République garant du bon fonctionnement de nos institutions ou celle d’un candidat espérant bénéficier de cette absence au 1er tour ?

Cette semaine son Premier Ministre à propos des difficultés de Marine Le Pen nous dit Je pense que c’est du bluff ! C’est une opinion très politique. Que n’a t il aussi rappelé l’aspect administratif et non politique de ces parrainages ? Il aurait ainsi libérer bon nombre de maires qui craignent que leur signature ne manifeste leur soutien aux idées du FN ?

Au delà du résultat même de l’élection qui serait profondément entaché par l’absence d’un candidat majeur, que penser de la démocratie française et de ses élus qui s’accommoderaient d’une telle absence ? Comment la France pourrait s’interroger sans rire sur les pratiques de la démocratie en Russie ou ailleurs quand les principaux dirigeants politiques montrent leur capacité à accepter un possible dévoiement du système électoral en France ? Déjà en Europe nous sommes bien seuls à refuser toute proportionnelle aux élections législatives, laissant ainsi bon nombre de nos concitoyens sans représentants à l’Assemblée Nationale (Modem, FN...), allons nous faire en avril prochain la démonstration de l’épuisement de la démocratie française ?

Commentaires