// Vous lisez...

Libres expressions

Quelles propositions après la défaite ?

La gauche a gagné, c’était évident depuis la semaine dernière, mais j’en suis agacé. Encore plus agacé, alors que si pour la majorité la défaite est nette, les conséquences qui doivent en être tirées semblent peu évidentes en cette soirée électorale.

Sans doute est-il un sujet tabou que les responsables politiques de la majorité n’osent pas aborder : l’ouverture.

En votant Sarkozy - au second tour - je n’ai jamais imaginé avoir Frédéric Mitterrand, Fadela Amara, Eric Besson, Jean-Marie Bockel et Martin Hirsch dans un gouvernement. Celles et ceux qui comme moi ont voté en 2007 pour faire barrage à la gauche partagent cette incompréhension.

C’est-elle, l’ouverture, qui a détournée des urnes les électeurs qui avaient fait confiance à Nicolas Sarkozy. C’est elle qui donne à nouveau au Front National la légitimité tirée des urnes et elle encore qui disqualifie François Bayrou chantre du ni droite ni gauche.

La politique c’est l’art du clivage.

Gouverner doit être l’occasion de mettre en œuvre en toute clarté une politique sur laquelle des candidats ont été élus alors que d’autres avec un projet différent ont été battus. L’ouverture qui mélange tout est déroutante.

Enfin du côté Front National les médias n’interrogent ni les candidats, ni les responsables de ce parti, un peu comme si en évitant le sujet il était possible d’ignorer cette expression d’un grand nombre de nos concitoyens.

Commentaires