// Vous lisez...

Libres expressions

Echec à droite

La stratégie d’ouverture à gauche conduit à ... faire voter à gauche.

C’est le constat que l’UMP et le Modem de François Bayrou peuvent partager ce soir.

Il y a trois ans, l’UMP et surtout son candidat Nicolas Sarkozy gagnait l’élection présidentielle pour avoir situé sa campagne là où les Français l’attendaient : dans son camp. C’est cette stratégie qui a réduit à la portion congrue les candidatures de Jean-Marie Lepen ou de Philippe de Villiers.

L’ouverture à gauche, une certaine normalisation de la conduite des affaires de l’Etat, en bref un affadissement de la méthode Sarkozy, et c’est la gauche qui fait le plein des voix.

Les Français, à tord ou à raison mais c’est ainsi, ont donné un mandat au Président et à sa majorité : sortir la France de l’ornière, rompre avec la politique qui prévalait depuis près d’un quart de siècle.

En renonçant à aller au bout des réformes qu’il annonçait, en pratiquant une ouverture à gauche incomprise dans les rangs mêmes de ses plus proches militants, Nicolas Sarkozy laisse la gauche se construire à nouveau.

Soit les modes de scrutin sont modifiés et unifiés à un seul tour et la stratégie de l’UMP rassemblant le plus grand nombre de diversités à droite prend son sens et renvoie les gauches à leur divergences profondes ; Soit les scrutins restent à deux tours et sans aucune réserve l’UMP mais plus grave toute la droite, se préparent des lendemains qui déchantent.

En 2004 de retour à l’Assemblée les échanges entre élus tournaient autour d’une victoire certaine en 2010, avec 20 régions à gauche le pire semblait derrière nous... Ce soir pour tous les femmes et hommes de droite la démonstration est faite que le pire aussi est possible !

Commentaires